• Aliaé

Allô Aliaé, « le dernier salon où l’on cause »*

Dans l’épisode 7 d’Allô Aliaé, Natasja m’interroge sur le rôle d’une toute petite lettre…Ce « l » qui se glisse discrètement dans la phrase « Il faut que l’on décide », quelle est sa fonction ?

Et s’il n’avait pas de fonction grammaticale, mais servait à autre chose… ?


En réfléchissant à cette question, je me rends compte qu’en français (…en France ?), on attache beaucoup d’importance à l’apparence et à la beauté. La beauté de la langue, des mots, des phrases complexes… Personnellement, cette beauté, je la ressens et l’apprécie en tant que francophone. C’est un vrai plaisir de « bien » parler, un plaisir que je partage avec des non-francophones en français mais dans leur langue maternelle également ! (Mes amies polonaises m’ont appris des mots qu’elles trouvaient superbes par amour du polonais… alors certes, je ne m’en suis jamais servi dans ma vie quotidienne mais cela nous a permis d’échanger sur la culture polonaise, en plus de nous offrir de bons fous rires !)

Mais en tant que formatrice, je ne cherche pas à transmettre la beauté et la complexité du français comme un absolu ou une fin en soi. Pour moi, elles servent un objectif plus grand : permettre d’exprimer sa pensée de la manière la plus fine et juste possible, pour qu’elle soit reçue et comprise par notre interlocuteur·trice. Une phrase complexe permet d’exprimer une idée complexe et de transmettre la richesse de la pensée. Alors pourquoi ne pas utiliser quelques artifices pour « enjoliver » et faciliter la transmission… ? ;-)


Pour en savoir plus sur les « règles » de style avec le « l’ » euphonique dont je parle dans l’épisode 7, vous trouverez plusieurs exemples dans cet article du service public canadien « Bureau de la Traduction » (ah que ferait la Francophonie sans les Canadien·nes ?!). N’hésitez pas à prononcer les exemples à voix haute, vous ressentirez mieux pourquoi et comment on utilise le « l' » euphonique.


Et vous, quelle est votre question ? Envoyez la moi @ allo[at]aliae.fr !


* « Le dernier salon où l’on cause » est une expression souvent utilisée en français, plutôt de manière ironique pour parler d’un lieu où l’on discute, converse, débat…un des passe-temps préférés des Français·es ! L’expression aurait été théorisée par une écrivaine, penseuse, philosophe Mme de Staël…et elle est à la base de la réflexion de Philosophie Magazine dans son article sur Clubhouse, cette nouvelle application/réseau social oral.

44 vues2 commentaires